Gratuit / free Fanzine musical N°0 - Février 2002 
Accueil Edito Un aperçu de Noël Akchoté Coldcut : "Re-volution" Interview Philippe Bachetta A Ecouter Informations Générales
  > Coldcut : "Re-volution"

COLDCUT : Jonathan More - Matt Black
Vous pouvez agrandir l'image

Activistes électroniques depuis 1987, musiciens-programmeurs-hackers, producteurs de NINJA TUNE, Jonathan More et Matt Black sont COLDCUT.

Pour en savoir plus : www.ninjatune.net

 
   


De la sortie retentissante de leur premier single "Say kids, What time is it ?" en 87, à la production récente d'un software de mixage d'images (V-JAMM), COLDCUT a brouillé et relancé les règles de l'entertainment, repoussant les limites et s'ingéniant à expérimenter de nouvelles techniques de son. L'ancien prof d'Arts Plastiques (J. Moore) et le programmateur (M. Black) en équipe depuis le début des années 80 ont mixé sur des radios libertaires et ont joué dans des clubs mythiques comme le SHOOM à Londres. A la suite de "Say Kids", ils donnèrent "Solid Steel" un live sous forme de show sur la Radio Kiss, qui défraya la chronique et ouvrit la voie à des artistes comme M.A.R.R.S. avec leur tube "Pump Up the Volume". En 87, ils définissent le terme de remix lors d'une chronique de l'album "Paid In Full" de Eric B & RAKIM qui comprenait un montage elliptique de la voix du chanteur israélien Ofra Haza, et qui est devenu depuis un standard. Leur clairvoyance et leur travail de production sont récompensés, en 1990, par l'Award du producteur de l'année délivré par le bpi et leur premier album "What that Noise ?" devient disque d'argent. L'idée de créer Ninja Tune a germé dans l'esprit de Matt & Jon lors d'un voyage au Japon où ils découvrirent un livre intitulé "Cut-out-and-keep Ninjas". Dans ce livre, ils construisent d'incroyables maisons dans lesquelles ils élaborent des passages secrets afin de disparaître et réapparaître à souhait. Ils élèvent donc l'artifice et l'anonymat au rang d'art. En 1993, ils dévoilent la trop grande implication de la major qui les a signé avec l'album "Philosophy" et à travers la ballade ambient "Autumn Leaves" - genre sempiternel jazz à la française, le prévisible courant French Connection incarné par AIR et surtout l'émergence de l'Easy Listening comme la meilleure chose qu'il soit arrivé à la musique ces dernières années. Les trois années suivantes passèrent doucement et servirent à mettre en place l'organisation souterraine Ninja. La notoriété de Dj Food s'est étendue avec les nombreux volumes des compilations Jazz Brakes mixées par l'ubiquiste DJ et composées d'une mixture exclusivement instrumentale faite de breaks jazz, rythmes latins, dub, et de racines hip hop. "Nous avons eu l'idée de confier les breaksbeats series à Dj Food au vu de ses qualités de Frontman" se souvient Jon et sans le réaliser, "nous avons semé et fertilisé les graines pour la plante qui aller évoluer vers le trip hop".

A ce moment COLDCUT s'entoure de musiciens et de DJs ouverts d'esprit pour les coacher. Le résultat en est une pléïade d'artistes innovants et décontractés aussi bien old school comme les London funk allstars, la fusion jazz/hip hop de The Herbalizer, les tempos spasmodiques et décalés de Funki Porcini, ceux abstraits et langoureux de Dj Vadim, la vibration latine selon Up, bustle and out et plus récemment, les sons drôles et inspirés de l'inimitable Mr Scruff. Ainsi que le scratching rigolo de Kid Koala, Chocolate Weasel et l'ambassadeur de l'ambient, Mixmaster Morris. En octobre 1995, Coldcut ouvre presque par accident le club le plus chaud de Londres...

 
   


Le concert organisé pour le lancement de l'album de DJ FOOD, "Recipe of Disaster", au Blue Note étant une réussite, ils décident de le perpétuer sous forme de résidence mensuelle : Stealth. Pour la première fois tous les DJs de l'écurie Ninja jouent ensemble au même endroit. En 1996, stealth est promu club de l'année par le NME, The Face et Mixmag. Peu de temps après ils décident de fermer le club alors qu'il est au sommet de sa gloire : " Toutes les bonnes choses deviennent tendance ", commente Jon. Coldcut continuent de donner leur légendaire show radio Solid Steel chaque samedi. Leur album de mixes "Journeys by Dj" a été réalisé pour tourner dans les raves. Dans ce disque, ils remixent le thème de Dr Who dans le titre Red Snapper. Quelque part entre Harold Budd et Mantronix ou Photek, il fut l'un des albums de l'année dans Muzik, Mixmag et Melody Maker et en 98 numéro un des compils du jockey Slut. " Nous avons mixé plein de choses, au-delà d'un large spectre d'activités " en énumérant les activités Ninja ; Stealth, Solid Steel, Journeys by DJ...

 
   

Let Us Play - 1997
Vous pouvez agrandir l'image

Tout à la recherche de la prochaine étape de leur activité de dj, et manipulant diverses sources provenant de sons ou d'images, Coldcut et Hex développent Generator, une installation pour le Centre d'Art Moderne de Glasgow et créent Synopticon pour le Jam, un show-case à Londres. Après une longue période de travail latent, ils sortent le single "Atomic Moog 2000" en janvier 1997. Ce CD campé d'une piste vidéo diffusée entre autres sur MTV Europe, s'éleva à la première place dans les charts indépendants. Toujours en 97, Coldcut lance son quatrième album "Let Us Play" sur leur propre label Ninja Tune. Le single "More beats and pieces" - une espèce d'adaptation de leurs titres des années 80 qui fut qualifiée, pour la première fois du terme big beat - comprend diverses versions de Tortoise, T-Power et Kid Koala. Parmi les personnes invitées sur l'album, notons la présence, de Jello BIAFRA (leader charismatique de la résistance anti-capitaliste) au chant, du légendaire batteur de funk, Bernard PURDIE, de l'activiste ambient Bongo, du poète Salina SALIVA et de Steinski, influence majeure de Coldcut. "Timber", le troisième single tiré de "Let us Play", sort en Février 98 en collaboration avec Rob Pepperell alias Hex. Il s'agit d'un collage audiovisuel où chaque pièce musicale coïncide à une image. "Timber" est aussi un morceau revendicatif et fait campagne contre la déforestation industrielle aux côtés de Greenpeace.

Pour promouvoir leur travail sur scène, nos amis élaborent un programme de mixage d'images, V-JAMM. Les images vidéo peuvent être dorénavant samplées ou scratchées en synchro. Le show CCTV tourne sur une centaine de dates dont le Sonar de Barcelone, le festival Jazz à Montreux, Glastownbury. Plus récemment, ils ont joué aux Creamfields, (Liverpool et Belgique), à Roskilde au Danemark, au Queen Elizabeth Hall avec d'autres artistes sous la houlette de John PEEL, au lancement de l'album de remixes de Steve RICH et au Dark Light Digital Films Festival de DUBLIN.


Ecoutez des titres de l'album "Let Us Play" - 1997 :

Timber - 4,32 mn (mp3 - 128 Kbits/s - 4,2 Mo)
Noah's Toilet - 4,48 mn (mp3 - 192 Kbits/s - 6,6 Mo)

Ecoutez des titres de l'album "Waveform Two A.D" - 1995 :

Sign - 6,15 mn (mp3 - 128 Kbits/s - 5,7 Mo)
Autumn Leave - 7,06 mn (mp3 - 128 Kbits/s - 6,5 Mo)

 
   


En janvier 99, COLDCUT produit "Let Us Replay" ; remixes de l'album précédent. Le pack contient aussi l'application publique de V-JAMM et quelques boucles et samples d'images permettant le bidouillage de pièces audio-visuelles. Disponible également sur leur site, www.ninjatune.net. Cette année là, COLDCUT rôde V-JAMM et part en tournée à travers le monde ; Australie, Europe, Etats-Unis. Le logiciel est depuis en expo permamente à l'American Museum of Moving Image. Alors que la décennie touche à sa fin, le Tomorrow's World de la BBC sélectionne le duo afin de créer un morceau en moins d'une heure par le biais de "Resrocket", programme de studio virtuel, travaillant en temps réel avec d'autres artistes à San-Francisco, en Afrique de Sud...

Pour en savoir plus : http://www.ninjatune.net

 
   


COLDCUT s'efforce, le restant de l'année, de développer ce courant audio-visuel pour internet via leur télévision expérimentale en réseau : www.piratetv.net. En mars 2000, le duo est invité à joindre la nouvelle émission de radio de la BBC, London Live, chaque lundi soir de minuit à deux heures GMT, via le site de la BBC, ralliant une nouvelle frange du public. En cette période cruciale où l'on a vu le Hip-hop, la House, la Techno et la Jungle devenir populaires, Coldcut a toujours ouvert la voie. L'édition de leurs CD-ROM ou autres softwares, a révélé l'importance des nouveaux formats aux nouvelles générations, permettant une approche ludique à la création. La maxime Fuck dance let's Art, définit leur point de vue sur l'art et la culture et dirige leur travail sur la musique, les programmes et les installations artistiques.

Pour en savoir plus : www.windishagency.com/coldcut

 
   
   Retrouvez le site de l'Association Métal Armor : http://metalarmor.free.fr
Accueil Edito Un aperçu de Noël Akchoté Coldcut : "Re-volution" Interview Philippe Bachetta A Ecouter Informations Générales
   
Le webmaster... Erwan Corre... Accédez au site...

A suivre...     

Fanzine L'ImprompTUE - c/o Stéphane MIOSSEC - 142, rue Anatole France - 29200 Brest - 06 86 84 51 28 - E-mail :