Gratuit / free Fanzine musical N°2 - Septembre 2002 
Accueil Edito Arto Lindsay Disques Chroniques Informations Générales
  > Edito


En ces temps plus que troubles, qui tendent à un retour de la ligne dure et des valeurs réactionnaires, le travail de fond de milliers de personnes pour la tolérance sur les fronts sociaux et culturels, et pas forcément les O.N.G. qui auraient tendance à s'égarer, a été quelque peu sous-estimé. J'ai toujours pensé que l'art rimait avec activisme et didactisme, mais sur le fond, le discours artistique paraît abscons et surtout pas engagé ou pédagogique. L'héritage de la contre-culture a souffert d'une banalisation des politiques et des artistes officiels qui ont galvaudé l'idéologie contestataire pour lui donner une dimension marchande. Quand je pense que c'est ma génération qui fait autorité aujourd'hui, celle qui avait dix-huit-vingt ans au milieu des années 80, celle des manifs de lycéens et d'étudiants, celle du mouvement alternatif et de l'anarcho-punk international, celle du "Do it yourself" justement, c'est la même génération perdue que la précédente (celle de 68). Des philosophes comme Michel FOUCAULT, et d'une certaine façon les situationnistes, considèrent l'existence d'un individu comme une œuvre d'art, d'où l'importance de la gérer suivant des règles d'éthique et d'esthétique, comme une conscience constructive. Il faut quitter le mainstream pour essaimer, créer d'autres courants, l'underground constituant la matière roborative et nécessaire à la création.

La France pays des lumières retournerait-elle à l'obscurantisme ? Les institutions et en particulier la justice, réfutent le besoin d'une moindre réforme alors qu'elles sont vieilles d'un demi siècle. Les différents procès intentés à Jean-Louis Costes, auteur-compositeur-interprète, attaqué en justice depuis 96 à cause de son site, qui véhicule soi-disant des propos racistes et scatos, des appels au meurtre et donc à la haine raciale (sic), avaient porté en partie civile d'honorables assos comme le MRAP, la Ligue des Droits de l'Homme, la LICRA et surtout l'UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) qui s'est encore récemment fourvoyée dans le procès contre Daniel Mermet. Cette affaire est symptomatique de l'égarement de certaines O.N.G., car la peste brune se propage depuis au moins vingt ans et démontre que le Front n'a jamais été aussi fort, en bref on perd son temps à casser des artistes soi-disant controversés. Plutôt que d'attaquer le site internet de Costes, sur lequel il suffit d'aller jeter un œil pour se rendre compte qu'il s'agit de provocation saine, ces avocaillons parisiens feraient mieux de s'intéresser de près aux réseaux néo-nazis qui se développent grâce à la toile. Il faut créer des jurisprudences dans ce sens, pour la liberté d'expression et contre les négationnistes qui proposent une lecture pernicieuse de l'histoire. Au delà des délires procéduriers entre hébergeurs et O.N.G., il s'agit d'une censure insidieuse et quotidienne dans le chaos juridique qui régit le Net. Pour parler du chanteur en question et expliquer un peu ce qui a choqué, il faut remonter à l'époque de l'album "Nik ta race" avec des chansons comme "Je hais les races" ou encore "Livrez les blanches aux bicots" qui, pour la dernière, reflète simplement le travail de l'artiste qui va chercher ses mots et ses phrases dans les P.M.U. les plus sordides de France. Jean-Louis va au charbon pour les autres, ceux qui ont paraît-il les tenants de la liberté d'expression, et avec son panache crotté de merde et sa connerie intersidérale, il nous fait quand même rire, alors ! Pour mieux comprendre l'affaire, je vous conseille d'aller sur son site : www.costes.org


Qu'en est-il des références que l'on se plaît à citer mais qui n'ont aujourd'hui que le poids des livres vendus au kilo chez des faillitaires ? Je pense particulièrement aux situationnistes qui prônaient le dépassement de l'art, de la sociologie et de la politique, repris et pompés par des créateurs publicitaires en panne d'idées sur le paradoxe de la consommation à outrance et du tout recyclable. Même la littérature souffre de ce manque d'engagement et de recherche sur l'exemple des écrivains beat entre autres. Les lettrés et leur suffisance. Quand Houellebecq et Dantec représentent l'avant-garde la plus médiatisée, je ne m'avancerai pas, avec ma petite culture, à dire qu'il n'y a pas eu de réelle révolution dans ce domaine. En philo, même le travail de Deleuze et Guattari, pourtant riche d'une réflexion profonde sur l'émancipation et l'explosion des carcans, semble obscur à nous qui parcourons la presse, désormais omnipotente. Rien non plus sur le philosophe Noam Chomsky (controversé lui aussi) qui, pour l'information, a référencé ses écrits et ses spoken words (conférences, en gros) sur le catalogue du label américain Alternatives Tentacles, créé par Jello Biafra.

Ca fait plus de quinze ans que je relève régulièrement dans la presse rock, des contrevérités au sujet des années 80 qui, à en croire ces rock-critics, représenteraient un vide culturel et un simple carottage de tout ce qu'a produit les 70 ; je crie à l'hérésie ou à la bêtise car il n'y a qu'à regarder dans la rue, dans les concerts, sur les écrans, pour constater l'influence des divers mouvements punks sur la mode, la musique, l'iconographie et l'art contemporain. Franchement, tout est à changer, ou du moins interrogeons nous sur notre petite vie et sur ce qu'elle peut apporter autour de nous, en termes de liberté et de tolérance puisque que l'on vit et pense à travers les autres. Il est étonnant de constater la lente évolution des rapports humains quand le progrès et la technologie devrait servir ces mêmes humains dans un soucis de communication et pour l'abolition des servitudes et du travail. Et, quand les politiciens ont oublié qu'ils sont élus par le peuple et pour le peuple, il reste un travail énorme à accomplir, mais tangible pourtant sur l'exemple du Venezuela et de sa révolution culturelle. Le pays est ouvert sur le monde depuis 500 ans et le peuple s'est toujours tourné vers la culture, l'arme absolue justement contre la déliquescence d'un système. Par contre la présidence de Chavez, victime d'un putsch en avril dernier, est aujourd'hui plus que discutable.


"May be, you can do it yourself"

 
   
   Retrouvez le site de l'Association Métal Armor : http://metalarmor.free.fr
Accueil Edito Arto Lindsay Disques Chroniques Informations Générales
   
Le webmaster... Erwan Corre... Accédez au site...

A suivre...     

Fanzine L'ImprompTUE - c/o Stéphane MIOSSEC - 142, rue Anatole France - 29200 Brest - 06 86 84 51 28 - E-mail :